biodiversité chateau lafitte

Biodiversité dans les vignes: vers une symbiose entre nature et culture

Le caractère monocultural de la vigne impose au vigneron de réfléchir au moyen de développer de la biodiversité dans les espaces viticoles et ainsi de renouer avec la nature. En effet, les systèmes en monoculture sont plus fragiles et vulnérables face aux maladies. Les espaces cultivés subissent d’avantage d’agressions provoquant des dégâts, alors que le milieu naturel est rarement malade. Il est donc nécessaire de mettre en place des actions permettant de développer la biodiversité dans les vignes afin de retrouver un équilibre écologique. Au Château Lafitte, nous avons mis oeuvre plusieurs actions pour répondre à cette problématique.

Pourquoi est-ce important de développer la biodiversité dans les vignes?

Les systèmes en monoculture, comme la culture de la vigne, sont particulièrement fragilisés et subissent de nombreuses tensions et agressions. Invasions de maladies et ravageurs de la vigne, perte de biodiversité et des habitats de la faune sauvage, sols dégradés. La monoculture contribue à la concentration des maladies, les mers de vignes permettant aux maladies de s’étendre, de pieds en pieds.

Les solutions se sont présentées sous forme de traitements chimiques à base de molécules actives de plus en plus puissantes, à des doses de plus en plus élevées au fur et à mesure du développement de résistances par les  champignons ou insectes dit « nuisibles ». Un cercle vicieux s’est ainsi installé, d’où il semble parfois difficile de s’extraire.

La polyculture permet au contraire, grâce à l’alternance de parcelles, grâce à la construction d’un paysage diversifié, de maintenir un équilibre du biotope.

Comment développer la biodiversité dans les vignes?

Les aménagements favorables à la biodiversité

Par la mise en place de haies, murets, fossés, talus: autant de petits espaces qui, préservés, permettent de faire vivre la faune sauvage. Ils sont des abris pour les insectes, oiseaux, petits rongeurs et reptiles, faunes de nos campagnes. Se nourrissant de limaces, noctuelles et autres insectes, ils ont un rôle de régulateurs et permettent de limiter la virulence d’attaques contre la vigne.

Planter des haies aux abords des parcelles ou à l’intérieur de celles-ci. Cela peut permettre de constituer un biotope avec l’implantation de buissons, lavandes et autres plantes aromatiques, arbres fruitiers ou plantes rudérales. Les abords des parcelles où les rangs peuvent être semés de mélanges mellifères attirant les insectes et abeilles.

Favoriser un enherbement dans les parcelles, soit spontané, soit semé permet de maintenir une flore et une faune diversifiées. Cela offre refuge et alimentation à nombre d’insectes qui ne sont pas des spécifiques de la vigne et amène ainsi à une autorégulation des populations.

Les mélanges mellifères permettent la mise en place de ruches aux abords des parcelles, elles enrichissent l’espace viticole en diversité et offrent un espace aux apiculteurs pour leurs ruches.

Utiliser les rangs comme des espaces de culture pour blé, orge, seigle, luzerne ou pois destinés à l’alimentation ou au fourrage. Ce mode de culture associé permet d’optimiser l’espace agricole en favorisant la diversité.

La culture du vivant

Dans un principe de maintien de l’équilibre naturel, on favorisera le retour des animaux (domestiques ou sauvages) dans la vigne:

  • Le cheval, qui en plus de son travail de qualité et de précision, évite le tassement des sols, il apporte son être animal, sa présence. C’est un bienfait tant pour la vigne que pour l’homme.
  • Les moutons, chèvres ou vaches bienvenus tant par leur présence que par leurs apports de fumure, et ils sont d’une excellente aide pour désherber sous les rangs.
  • Les poules: Les poulaillers mobiles sont d’une gestion facile. Pratiques et efficaces, ils permettent d’être déplacés de parcelles en parcelles. Les poules s’occupent avec joie du désherbage et du «désinsectage».
  • Installer des nichoirs à oiseaux, des perchoirs à rapaces, des relais pour les chauve souris, des hôtels à insectes. Tant de gestes qui laissent la nature ré-investir un peu les parcelles de vignes et favoriser la régulation  naturelle des populations d’insectes.
  • Créer des mares: Un biotope équilibré passe également par des zones humides. Outre le fait que des animaux peuvent s’y abreuver, elles offrent aux champignons l’opportunité de se développer dans un milieu adapté.

Les actions menées au Château Lafitte

La recherche de l’équilibre entre le végétal, l’animal et la présence de l’homme est un objectif spécifique de l’agriculture biodynamique. Pour développer la biodiversité dans nos vignes, nous cherchons à recréer un écosystème, à faire de nos parcelles des zones préservées en jouant sur:

La biodiversité domestique

brebis vignes chateau lafitte

Nous faisons pâturer des brebis dans les vignes. En plus d’aider au développement d’un écosystème riche et varié, le pâturage des brebis est une alternative au désherbage traditionnel, mécanique et chimique. Il réduit la main-d’oeuvre sans avoir d’effet négatif sur la structure et la fertilité du sol. Sans compter l’apport de matière organique, par les déjections des animaux! 

Nous avons essayé de mettre en place la viticulture au cheval, c’est-à-dire un ensemble de techniques permettant de cultiver la vigne à l’aide d’un cheval. Le principal intérêt de cette méthode réside dans la grande précision du travail effectué. Toutefois, la nature de notre sol, particulièrement dur ainsi que nos parcelles très pentues ont rendu la tâche très difficile. Nous avons finalement dû abandonner l’idée pour l’instant. Mais nous ne perdons pas espoir de reprendre un jour ces techniques et de parvenir à trouver un moyen de les mettre en oeuvre, plus sereinement.

cheval vignes chateau lafitte

Notre fidèle amie à quatre pattes, Pixel, qui nous accompagne souvent dans les parcelles lors des différents travaux manuels à la vigne, fait également partie de cet équilibre.

La biodiversité sauvage

En utilisant les rangs comme des espaces de culture d’engrais verts nous développons la vie dans les sols. Il ne faut pas oublier que la plus grande part de la biomasse s’y trouve. Elle est constituée des vers, insectes, acariens, champignons et lichens qui s’y épanouissent pour le plus grand bénéfice des vignerons (permet l’aération et la structuration des sols). 

Ces engrais verts représentent une valorisation et une diversification de notre production. En revendant les fèves ou en transformant nous même notre blé en farine pour en faire du pain dont le levain est issu de nos propres levures… 

engrais verts chateau lafitte vignes

Nous avons également planté des arbres fruitiers sur nos parcelles: pommiers, poiriers, cerisiers et pêchers viennent ainsi enrichir la diversité végétale de nos vignes. Mais aussi et surtout ces arbres jouent un rôle géologique essentiel. Leur système racinaire est plus profond et en font parfois de véritables “puits énergétiques.” Autrefois, et avant qu’on la conduise sur hautain, la vigne dans le Jurançon poussait entre les fruitiers, s’agrippant de branche en branche. Mais c’était avant l’ère productiviste. Aujourd’hui en réintroduisant ces arbres, nous renouons avec notre histoire, avec l’ambition que nos vignes soient plus durables.

Par la mise en place de ruches, et notamment de ruches Kenyanes, aux abords de nos parcelles qui enrichissent l’espace viticole en diversité. Installer une ruche Kenyane est un geste écocitoyen qui, en offrant un refuge aux abeilles, grandes pollinisatrices essentielles à la biodiversité végétale, contribue à la préservation de la nature. Cette ruche horizontale offre un habitat très proche des conditions de vie des abeilles sauvages en leur laissant un large espace dans lequel elles seront libres de créer leurs rayons. La forme en V de cette ruche respecte d’ailleurs mieux la forme de la grappe d’abeilles. C’est donc la ruche à choisir si l’on souhaite abriter une colonie en contribuant à la sauvegarde de la nature.

Ces pratiques nous permettent d’équilibrer au mieux le sol afin d’obtenir un raisin d’une grande qualité pour la réalisation de nos vins biodynamiques et naturels.

Sources: Fiche technique MABD – Biodiversité une symbiose entre nature et culture